Réécrire son histoire

RÉÉECRIRE SON HISOIRE

Il y a quelques jours que ce post me tourne dans la tête et c’est là, maintenant, ce soir que j’ai envie de te le présenter.  Je suis certaine que plusieurs en ont (grandement) besoin et ne le savent pas encore…

J’espère que j’arriverais à te faire réfléchir, à te faire évoluer un brin… a shaker ton ouverture et surtout à mettre ton indulgence et ton amour de toi-même sur la table.

Certains connaissent mon parcours, d’autre non.

À travers les années, mes nombreux posts j’ai parlé de mon parcours, de plusieurs de mes épreuves, certains de mes struggles mais je n’ai jamais été aussi loin quant à la rétrospective que j’ai pris les derniers mois.

Tu sais, il n’a pas toujours été easy de faire partie de mon histoire, je n’ai pas tjrs été une actrice avec la tête haute, le sourire facile…le cœur léger.

À scroller, mon profil Facebook, mon insta, à regarder mon branding assumé, plusieurs croient que j’ai toujours été en forme, pleine d’énergie, motivée et positive…née pour être inspirante. Et bien non. La fille souriante et passionnée que tu vois défiler sur ces pages n’a pas toujours été. Moi aussi j’ai un passé… je ne le renierais jamais. Il faut de moi la femme que je suis ajd.

J’ai pesé plus de 190 livres, aucune fibre sportive. Se sont enchaînés mauvaises fréquentations, mauvais choix, mauvaises décisions.

Avec le temps, cette spirale m’a carrément plongée dans un coma, une bulle, où mes envies ont disparues, où mon sourire s’est perdu dans le miroir avec le teint fade, les yeux sans éclat, l’envie d’être en arrière à l’abri des regards.

Je n’étais qu’une ombre, je ne voulais pas devenir personne.

L’abus et ma négligence à fait du mal à mon corps et mon âme en a pris un coup.

 

J’ai aussi pesé moins de 113 livres (mouillée), en plein contrôle de tout (TOUT) ce qui était extérieur à moi. Une samouraï en mission, une guerrière professionnelle qui avait le goût de la restriction et de la privation aux lèvres.

J’étais sans pitié envers moi-même, jamais de remord. Aucune tentation, aucune invitation ne pouvait me faire dévier de mes objectifs qui sont devenus toujours plus restrictifs.

Abstinence.

Carence.

 

C’est cet antipode que tu ne connais pas réellement. Tu as peut-être pus sentir ma détresse à ce moment, alors que moi je ne l’ai vu que plus tard, arrivée au bout du tape.

J’étais si éloignée dans ma tête que j’ai fait du mal à mon corps, j’ai laissé mon corps se transformer à l’extrême et faire du mal à son tour à mon âme.

Je me suis privée… Beaucoup privée. Pendant longtemps.

Privation alimentaire

Entrainement abusif.

Contrôle extrême.

Sacrifices.

 

Je ne regrette rien, je suis allée au bout de ce que j’avais à vivre.

Au bout du défi, du challenge que je me suis lancé.

Le combat que je me suis livrée.

 

J’ai vécu une grande partie de ma vie aux antipodes et j’ai envie de te dire que ça va aller ma belle.

Arrêtons de se comparer, de swiper les photos pour avoir comme seul et unique objectif de la photo de droite… l’after tant espéré.

Arrêtons d’obsession du corps idéal, là où on peut se perdre, là où on se rend fou.

Cet endroit je l’ai visité et l’obsession était tellement ancrée qu’elle  a me brouillé le reflet que me renvoyait le miroir. Je ne me voyais plus, je n’étais pas encore satisfaite de mes résultats.

Let me tell you something.

Cette lutte sans merci à mes objectifs m’a rendu égoïste, comme je ne l’ai jamais été.

J’étais malade dans ma tête, dans mon corps.

C’est épuisant overall de s’occuper toujours de soi, se préoccuper de ce que les gens vont penser de moi, mon nombril, mon apparence. Qui me regarde.

Une pression. Un poids.

Me soucier de ce que je vais manger à chaque instant, me rendre malade à me demander quand je vais m’entrainer et si je pourrais en refaire un 2e.

Avoir faim mais savoir qu’il me reste que très peu à manger dans ma journée.

Compter. Calculé. Proportionner.

Partout.

Tout le temps.

Pas d’énergie. Se sentir comme une marde. Carburer au contrôle.

Oublier de vivre, oublier de profiter.

Oublier le goût de la crème glacée à la première journée de canicule avec les kids.

Renoncer aux gâteaux d’anniversaire parce que ce n’est pas TA fête.

Abandonner les goûts, les saveurs et les arômes des aliments que tu aimes simplement parce qu’ils ne rentrent pas dans le plan.

Refuser de célébrer quoi que ce soit, pour être au poste le lendemain pour recommencer all over again.

 

Contrôle

Contrôle.

Contrôle.

 

Oublie la photo de droite pour unique objectif.

Si tu aspirais plutôt à être HEUREUSE, FORTE, apprécier le PROCESSUS.

 

Moi j’ai décidé de vivre!

L’entraînement est devenu un passe-temps, une façon de me sentir mieux… Il n’y a plus de surentraînement.

La bouffe est devenue mon gaz, ce qui me permet de pousser ma fonte, de rocker mes hiits, d’avoir des fesses de plomb et de progresser à travers mes programmes.

 

Si tu en fessais autant belle âme ?

Si on visait l’équilibre ?

Si tu profitais et ne culpabilisais pas ?

Si on arrêtait tous de se punir ?

 

Sors de ton corps, accorde-toi la bienveillance.

Vis. Expérimente.

Cris tes réalisations, tes passions, ce qui te drive dans la vie au gens all around you.

Ceux qui compte, qui mérite plus que de voir un corps parfait, à TA définition.

Dors. Mange. Relaxe. Partage.

 

Je regarde, je vois, je lis, j’entends, je ressens.

Je sais que plusieurs en ont (grandement) besoin et maintenant tu sais pourquoi.

Tu peux aussi te libérer de cette cage, de ce contrôle, de cette pression auquel tu te soumets volontairement et tendre vers l’équilibre.

Ultimement le bien-être.

Faire preuve de vulnérabilité, faire face au changement, à nos démons est fucking difficile i know.

Change ton mindset.

Entoure-toi des bonnes personnes.

Deviens cette personne que tu as envie.

 

Je me dois RESPECT & TOI AUSSI.

Repeat after me:

? Im more than a body.

? Im a Beautiful soul.

 

 

Showing 18 comments
  • Marie Claude

    Oh my god … je me reconnais tellement…
    Toujours à penser à manger et se privé… pour perdre du poids .. et penser qu’à ça .. c’est triste ? mais c’est réel … comment as tu fais a part l’entraînement??? Ton menu ressemble à quoi ? En quantité ? Ouf en tk tu m’inspire vraiment ? je continuerai de te suivre parce eue je t’adore ☺️??

  • Sandra

    Ton message est super beau et super fort. Tu écris toujours très bien et c’est très profond et on sent que ça vient du coeur et que c’est pas fake!

    Par contre, petit hic… beaucoup de fautes. Ça m’accroche l’oeil je t’avoue. Puisque ce n’est pas ta force (et c’est ben correct, à chacun ses forces!) tu devrais peut-être te trouver quelqu’un qui pourrait relire tes textes et corriger tes fautes avant de publier!

    Mais c’est juste un petit truc comme ça, je suis certaine que les gens apprécient te lire malgré tout!

  • Karine Roberge

    Merci de partager ton histoire. Je me reconnais très bien. En plus avec mon problème d’alcool.

    Il y a plusieurs théories mais pour ma part, j’ai TOUJOURS été extrêmiste également. Et dans ma jeune adolscence rebelle, j’étais adulée…”LA FILLE POPULAIRE”. Et on jour, des courbes différentes, des hormones, des boutons, et oups….c’était rendu moi “LA MEILLEURE AMIE..” Cette période de ma vie m’a énormément marqué.

    Je me suis isolée. Je ne voulais plus sortir car maintenant, je n’étais plus la vedette. Donc la consommation pour oublier le regard des autres est entrée très jeune dans ma vie.

    Après plusieurs TOC et une vie assez intense, je crois que je flirte maintenant avec cet équilibre, en tout cas, la zénitude me parle de plus en plus.

    xxxxxxxxxxxxxx

  • Jennifer Anne Scott

    Comment te dire … touchant, émouvant, profond.

    Un texte qui fait réfléchir mais surtout qui me fait comprendre tellement de choses.

    Ta main, ta plume entre en moi comme une chanson qui s’installe pour rester jours après jours, Qui revient quand tu doutes où tu te remets en question.

    Merci merci merci
    ?

  • Eya

    Wow ce texte est PARFAIT belle Van! Très touchant et écrit d’une plume sublime! Bravo!!!

  • Marianne Bourgault

    WoW! Merci pour ce merveilleux partage de ta vie, tu es une excellente écrivaine d’ailleurs.
    Chaque fois que je te lis je me retrouve dans tes textes et chaque fois cela me regrund à moi, à ce que je veux.
    Tu es vrai merveilleuse comme femme. Merci d’être là

  • Drew

    Vanessss tu viens d’écrire LA VIE! WOW! ?
    Magnifique! Tout comme toi!

  • Mylene

    WoW tu as tellement les bons mots , les bonne parole , c’est dure en 2020 de ne pas ce comparer aux autres, c’est difficile de s’aimer à 100% on ce trouve toujours des défauts , ton article me fais du bien , je me rend compte que je suis pas la seule à penser ainsi et de jour en jour je m’aime de plus en plus , il n’y a pas juste l’apparence physique c’est seulement une enveloppe corporelle , tu es une belle personne Van ?

  • Marie-Josée Roy

    Oufff c’est venue me chercher!! Les tourments de ma vie, j’aimerais être capable de faire un blug et partager aussi. Tu sais Vanessa je t’admire en silence … bon ok je suis pas toujours subtil ??‍♀️. Du haut de mes 43 ans j’aimerais être toi , ton look ta drive ton style . T’es la personne que j’aurais aimé être . Et oui je me cherche encore en redécision de ce que je vais faire de ma vie de ma peau . Je suis infirmière mais bientot en invalidité . J’aimerais bien trouver se sens de la vie !!! Merci bella tu m’as fait du bien ❤️

  • Dominic Locas

    J’aime vraiment ce que je lis, ca me parle beaucoup d’une certaine façon sans pour autant pouvoir comparer ma situation directement.

    Merci et Keep on Rocking!!!

  • Nathalie

    J’ai moi-même, il y a longtemps, connu ce que tu décris dans ton article, la privation, le sur-entrainement, la fixation sur les calories ingérées pour finir en bout de course, à 94lbs, sans énergie et beaucoup trop mince pour ne pas dire “maigre”. En ce temps, c’était la seule façon que j’avais trouvé pour avoir un semblant de contrôle sur ma vie. Je faisais 2h d entraînement par jour, j’ingérais moins de calories que mon fils de 5 ans et quand je me regardais dans le miroir je voyais encore des kilos en trop … Comment je pouvais avoir des kilos en trop à 94lbs? Mais, un iour, je me suis réveillée avant de tomber, encore plus bas, dans ce cercle infernal de privation, j’étais à la porte de l’anorexie mais j’ai décidé de ne pas y entrer… Merci de ton témoignage!

  • Steve Lorenzo gaulthier

    Jadore tout tes article Jaime te lire tout les jours ca donne un sence a ma vie c maide beaucoup a garder le controls de mes emotions me sens moin seule …

  • Valérie Hourdeaux

    Belle Vanessa,

    Oufffff tu me fous les frissons avec ton texte… Bravo belle femme d’avoir choisis de faire ta rencontre, la vraie…. celle qui permet de sortir de ce cycle… en apparence parfait, mais réellement destructeur! Tu sais y’a toujours certains points commun…. ici c’était 115!
    Je t’aime
    Valx

  • Steve Lorenzo gaulthier

    Je crois que tu a tout a fait reason faire face atout un amalgame de decision et demotion a tous les jours ces combat sans arrets envers soit meme ? apprendre a grandir avec soit et surtout controler tout ca en gardans la tete hors de leau car le manque de controls nous pouce vers le font literalement peu a peu si tu ne reste pas a laffut .

  • Cynthia Lapierre

    Tout simplement un bonbon pour l’âme. Cet article tombe à point pour moi. Merci de tout coeur ?. VIVRE , être l’ETRE avant le paraître. Puis cessons de vouloir tout contrôler c’est exactement ça.

    Merci belle âme

  • Benoit Tardif

    Wow très beau texte merci pour se partage.

  • Sabrina

    Tes mots, j’aurais pu les écrires aussi, je lis ça avec un baume au coeur et des larmes. J’ai moi même décidé récemment que mon corps serait mon meilleur ami, mon meilleur pote et qu’à deux on allait affronter la vie donc je dois en prendre soins…. Manger/dormir/bouger et avoir du plaisir! J’étais entrain de m’éteindre encore et encore. De 15 à 30ans ….de va et vient de privatisation et laisser-aller…. Mon cadeau de 2020 31 ans c’est décidément de m’aimer!! De l’aimer lui ce corps qui m’endure l’âme depuis aussi longtemps et pour toujours ??

  • Amélie

    En te lisant ce soir, c’est comme si enfin je te sentais accessible. Ouverte… mais cette fois vraiment. Tu m’as touché, pour cela merci!
    Je t’ai toujours trouvé inspirante… non ce n’est pas vrai, je t’ai depuis longtemps admirer, mais aujourd’hui tu m’inspires.
    Merci et bonne route à toi
    Amélie