Never hide baby, always grow.

Never hide baby, always grow.

Tu sais !? J’ai peur moi aussi. 

J’ai peur là, maintenant même si je suis adulte. 

J’ai grandi depuis le temps des contes mais je n’ai pas oublié cette émotion non douce, à la fois invasive et pernicieuse qui nous transperce, le plus souvent qu’autrement quand on ne s’y attend le moins. 

Je n’ai plus peur du loup, ni de l’obscurité, de ce qui peut se cacher sous mon lit ou même du craquement des planchers mais je panique devant certaines situations.

J’angoisse lorsque je suis confrontée à certaines personnes. 

J’ai des frissons à l’idée de manquer quelque chose.

Im scare to death quand je fais un choix, quand je prends une décision importante. Une crainte de faire le mauvais pick, de ne pas me sentir soulagée, mieux, que ce choix ne m’apporte pas +. 

J’ai peur de me tromper sur des gens, peurs de me tromper encore sur une personne que j’aime. 

Peur de vivre les émotions trop pleinement et ce trop souvent. 

Peur de revivre certains passages obligés, peur de ressentir la peine once again, peur d’avoir mal over and over again. Peur de souffrir a nouveau.

Tsé cette peur des changements que mes décisions pas complètement assumées me balance en plein pommes. 

Oui, j’ai peur. Souvent. 

Mais j’ai appris à avancer malgré cette appréhension.

Se mettre la tete dans le sable c’est la worst idée EVER! 

J’ouvre et j’acceuille à présent, mes peurs avec douceur et bienveillance même si elles embarassantes AF, prenantes et surtout si elle sont non fondées. 

Je ne veux pas oublier cette peur qui doit continuer à me pousser pour continuer à dire fort ce que je visualise, ce que mes tripes me disent et surtout je ne veux plus me mentir à moi-même. 

Je ne veux plus sentir ce décalage presque immédiat entre mes valeurs et mes feelings.

Faire face à ces peurs c’est apprendre à mieux se connaitre believe me. 

On apprend à être encore plus en accord avec son nombril et du tout on a moins peur. Petit à petit.

Je les reconnais. L’émotion s’estompe. Je m’apaise. 

Nous avons tous une relation différente avec la peur, un background différent, des épreuves contradictoires. 

Certaines peurs nous semblent plus réelles que d’autre, et d’autres sont disproportionnés pour certains. 

Injustifiables et parfois incontrôlable.

Elles sont présentes, elles existent. 

Malgré leur existence éternelle, je vais continuer de te promener dans les bois, que le loup y soit ou non, car même si j’ai peur de l’orage je rêve aussi d’un coup de foudre.

Never hide baby, always grow.

Showing 3 comments
  • Steve Lorenzo gaulthier
    Répondre

    Je crois que lon a tous des peur encrer en nous du a nos experience personnel de nos nombreuse echeck nos peine Damour la peur de souffrir de vivre une souffrance intolerable car a chaque fois cela nous parrais insurmontable mais on arrive toujour a se retablir avec plusieur sequel permante que lon doit vivre tous les jours … de la nos peur … nos mauvaise croyance qui nous reviene .toujour a nous de controller

  • Claudia
    Répondre

    Tellement….je vais lire et relire ce texte cette semaine. Comme un mantra…tiez quand ça tombe pile poil dans ta vie. Merci!

    • Vanessa Boulais
      Vanessa Boulais
      Répondre

      Wow MERCII ma belle ! Écris-moi quand tu veux 🙂

Dis-moi c'que t'en penses.